L'appel

Publié le par Emilie

Le tombeau me murmure, le tombeau m'appelle :

Repose ton fardeau dans la paix de ma couche.

Souffle enfin le dernier effort de ta bouche.

Pourquoi t'infliges -tu cet inchangeant réel

 

Quand suffirait un pas pour effacer tes chaînes ?

Fauche les liens du sang que tu fâches sans cesse.

Vautre toi dans l'oubli, enterre tes promesses.

Tous les mots de tes maux ne valent pas tes peines.

 

Tu le sais, rien n'est beau, tout se paie à l'insu

Ma tendre et douce étreinte reste la seule issue.

Ce puis que tu tentes vainement de combler

 

N'a de fond que celui que ton âme a touché

Et tes larmes suppliques achèvent de noyer

Ce fil que tu tiens d'espoir désenchanté.

 

Publié dans Poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article